Jeff Rich

avec Strech (1975)
avec Strech (1975)

Jeff Rich est né le 8 juin 1953, à Hackney, un quartier de Londres. Il est marié et père de deux enfants, une fille prénommée Jody, née en 1980 et un garçon Marc, né quatre ans plus tard. Dès sa plus tendre enfance, il se sent attiré par la musique. Il pratique notamment la guitare et la clarinette. Mais avec l'adolescence se développe son goût immodéré pour la batterie. Voyant qu'il est vraiment accroc de cet instrument, ses parents décident de lui acheter un kit complet. Jour après jour, il s'entraîne, dans sa chambre, en écoutant ses disques préférés. Le petit Jeff économise penny par penny pour pouvoir améliorer sa batterie. Seuls les voisins de Mr et Mme Rich voient d'un mauvais œil le petit Jeff, propriétaire d'une batterie digne de ce nom et surtout bruyante. Néanmoins, ces efforts sont récompensés puisqu'on le retrouve, bientôt, jouer dans quelques pubs de l'Est de Londres. Il évolue à seize ans dans un groupe de cabaret allemand avant qu'il ne soit invité à jouer avec Billy J Kramer and The Dakotas. Avec l'aide de Rich, le groupe acquière assez rapidement une petite réputation qui lui permet de tourner dans toute l'Angleterre et l'Australie, notamment. Alors que la formation s'accorde une période de repos, Jeff, de son côté, participe à divers enregistrements en studio. On le retrouve, quelques temps après avec le Jackie Lynton band qui tourne beaucoup, en cette année 1974. Ensuite, il joue avec Stretch qui vient d'obtenir un petit hit intitulé 'Why did you do it'. Avec ce groupe, Jeff côtoie, pour la première fois, les plus grandes salles anglaises. Le 25 novembre 1975, les musiciens enregistrent quatre titres pour la B.B.C qui seront diffusés à l'antenne, le 12 décembre. En avril 1976, un single intitulé 'That's the way the wind blows' voit le jour mais ce titre étant issu du premier album, ce n'est pas Jeff Rich qui tient les baguettes mais son prédécesseur. En 1976 et 1977, cinq singles sont enregistrés mais aucun ne rencontrera un quelconque succès. En 1977, un dernier album voit le jour mais là encore, pas de succès. Toute cette série de non succès alliée à des problèmes relationnels avec le management amène Jeff Rich à quitter Strech, dans le courant de l'année 1978. Mais, à cette époque, Jeff a une famille à faire vivre et, conjointement à ses activités musicales, il occupe un emploi de chauffeur de taxi. Il se joint, en cette année 1978, à un groupe inconnu, Champion qui enregistre un single et un album, en octobre 1978, dans un quasi-anonymat. Le groupe se sépare en mars 1979. Peu de temps après, une annonce est passée dans le magazine Mélody Marker. Elle mentionne qu'un groupe recherche un batteur confirmé. Rich se décide alors à répondre à cette annonce et, au téléphone, son interlocuteur est aun certain John Edwards. Les deux musiciens se sont rencontrés, quelques mois auparavant, dans un club de Chelmsford, dans l'Essex. Bien sûr, John recommande chaudement à son entourage d'engager Jeff, chose qui sera rapidement effectuée. Pendant plus de deux ans, il joue avec John Edwards au sein de Judy Tzuke's band. Les deux amis estiment qu'ils forment ensemble une bonne section rythmique.


Climax blues band
Climax blues band

Entre 1980 et 1982, le groupe produira neuf singles et quatre albums mais, encore une fois, pour Jeff, le succès sera absent. Seulement, entre lui et la chanteuse, les problèmes relationnels vont en s'amplifiant et il quitte le groupe, dans le courant de l'année 1982. Il rejoint, alors, rapidement The Climax Blues band sur une suggestion de John Edwards, lequel rejoindra le groupe au début de l'année 1984. C'est pourtant peu de temps après que Jeff quitte le groupe. Cependant, il restera encore en contact avec eux et il lui arrivera de les accompagner mais de manière éphémère. Il rejoint, alors, un quartette appelé Illegal Tender mais qui se sépare rapidement. A la fin de 1984, Rick Allen, le batteur de Def Leppard, perd son bras gauche dans un accident de voiture. Rich assure alors la batterie au sein du groupe. Pendant quelques temps, Rich et Allen jouèrent ensemble sur scène, ce dernier avec une batterie spécialement aménagée. En 1985, il forme avec John Edwards, la section rythmique pour l'enregistrement de l'album d'un chanteur norvégien Trond Granulnd. Une certaine réputation commence à se faire connaître et Rick Parfitt qui travaille sur son album solo décide de leur faire confiance pour assurer basse et batterie. Rich étonne alors Parfitt, par sa puissance. Ce dernier n'hésite pas une minute en le recommandant à Rossi lorsqu'il s'agit de reformer Status Quo, à la fin de l'année. Jeff participe, alors, aux séances d'enregistrement au mois de septembre et intègre les rois du boogie en lieu et place de Pete Kircher. Au mois de juin 1986, il trouve le temps de travailler à nouveau avec Def Leppard et part au Wisseloord studio, aux Pays-Bas où le groupe travaille sur son prochain album. Mais le groupe veut remonter sur scène. Jeff est alors convié aux répétitions qui ont lieu au studio des Dames à Paris. Tout semble prêt mais Rich qui maintenant est un membre à part entière du Quo doit jouer, premièrement, avec son groupe.


avec Status Quo (1986)
avec Status Quo (1986)

Néanmoins, Status Quo qui effectue un break scénique au mois d'août 1986, libère Jeff qui joue avec Def Leppard, durant ce laps de temps. Sur scène, Rick Allen doit jouer les deux premiers morceaux, sur une batterie spécialement aménagée, seul, avant d'être rejoint par Jeff pour le restant du concert. Les trois premières dates, Cork, Galway et Limerick se déroulent de cette façon. Un léger break dans la tournée permet à Rich de rejoindre Status Quo pour trois concerts, en Europe, à la suite de quoi il doit rejoindre Def Leppard à Ballybunion pour la suite de la tournée. Mais, lors du voyage, Jeff rate le vol de Stockholm à Dublin. Il arrive en retard dans la capitale irlandaise et décide de louer les services d'un taxi lequel tombe en panne. Lorsqu'il arrive sur le lieu du concert, une bonne moitié de la set-list est déjà jouée et, à sa grande satisfaction, il constate que son pote Allen peut, dorénavant, assurer seul. Il accompagne Def Leppard la nuit suivante, au cas où son ami aurait besoin de lui. Mais non, à nouveau confirmation de l'autonomie d'Allen! Jeff retourne, alors, en Angleterre pour travailler définitivement avec Status Quo. Quelques temps auparavant, il fonde son école de batterie. En Angleterre, il visite souvent les classes d'école afin de raconter l'histoire de la batterie depuis ses origines africaines jusqu'à nos jours. Il rédige d'ailleurs un tutorat afin d'aider les jeunes batteurs en herbe. Son école grossit à tel point, qu'en avril 1988, ITV produit une émission de trente minutes présentant l'établissement. En septembre 1991, il termine le 'Rock til you drop' dans un état physique pitoyable. Il avoue que tous les morceaux de Status Quo exigent une énergie sans faille. Jeff, comme ses quatre compères ne s'économise pas et martèle ses fûts pendant les quatre heures de concert de cette fabuleuse journée. Il déclare que le pays dans lequel il préfère jouer sont les Pays-Bas. Sa femme, Helen, lui procure une réelle peur lorsqu'elle est hospitalisée à cause d'une très mauvaise grippe, peu avant le noël de 1998. Elle mettra quelques semaines à réellement récupérer avant d'emménager, courant mars, dans la nouvelle maison que Jeff vient d'offrir à sa famille.


Le 8 février 1999, la chaîne Méridian Télévision l'invite à présenter ses cours à trois cents élèves d'un collège du Sussex. Ses premiers albums au sein du Quo ne lui permettent pas cependant d'exprimer son immense talent. En effet, les 'In the army now', 'Ain't complaining' ou encore 'Perfect remedy' sont plus des albums de variété que de rock. Jeff est un cogneur et il n'y a que sur scène qu'il peut libérer sa fougue. Trop peut-être car il a la fâcheuse tendance d'accélérer les morceaux qui perdent nettement de leur lourdeur qui faisait tout leur charme sous l'ère Coghlan-Lancaster. Le premier titre qu'il compose pour Status Quo est 'Every time I think of you', qui paraîtra sur l'album 'Ain't complaing', titre qu'il co-signe avec Edwards et Paxman. Mais faire partie de Status Quo est très prenant, très éprouvant et ne laisse que peu de temps pour la vie privée et d'autres activités d'autant plus qu'il joue en compagnie de Rhino au sein de Four Bills and a Ben. Rich a effectivement beaucoup de difficultés à concilier tout ça. Le 28 mars, au Sheperd's Bush Empire, il donne, sans que personne ne le sache, ses derniers coups de baguette au sein de Status Quo. Deux jours plus tard, en Allemagne, il est absent lors d'un show télévisé allemand. La semaine suivante, le site officiel du groupe annonce le départ de Jeff confirmée par le magazine From the Makers of du mois d'avril. 'Quitter le groupe fut une décision très importante pour moi. J''y étais depuis quinze ans et marié depuis vingt-cinq. Pendant cette période, je fus souvent loin de chez moi. Maintenant, je vais pouvoir me consacrer à ma famille et à mon école de batterie. Mais je vais regretter énormément le groupe et les fans. Je leur souhaite le meilleur et les remercie pour tout ce temps inoubliable' explique Jeff. Ce fan de Jimi Hendrix aura tenu les baguettes de Quo de septembre 1985 à avril 2000 soit près de quinze ans, déclarant que son titre préféré, sur scène, est Whatever you want. Jeff est un sportif pratiquant, notamment le tennis et le jogging. Sans vraiment l'évoquer de manière catégorique, son départ du groupe est provoqué par les tensions qui règnent dans son couple à cause de son emploi du temps trop chargé au goût de son épouse. Pour elle, Status Quo tourne trop et son mari est trop souvent éloigné d'elle. Mais son départ de la formation ne suffira pas à sauver son mariage et il se lie avec une femme, professeur de musique, de 27 ans sa cadette, appelée Roberta Mc Dowell avec laquelle il part passer les fêtes de fin d'année 2004, en Thaïlande où tous les deux manquent de perdre la vie à cause du terrible tsunami. Au début de l'année 2007, les deux fiancés se marient à Pucket, la cérémonie étant effectuée par un moine bouddhiste. Quelques mois plus tard, nostalgique, Jeff reforme Stetch, avec le chanteur Elmer Gantry et le guitariste Kirby Gregory. Un contrat d'enregistrement est vite signé et le groupe s'enferme en studio. A nouveau, le succès est absent et celui qui est également surnommé 'Worzel' décide, dorénavant, de se consacrer, pleinement, à son école de batterie et parcourt l'Angleterre toute entière afin d'enseigner les rudiments de cet instrument. Il s'est rendu, pour le plus grand bonheur de tous, dans plus de 7.000 écoles.


                          Rick Parfitt     Alan Lancaster     John Coghlan     Andy Bown     Pete Kircher     John Edwards                       Matthew Lettley     Leon Cave     Bob Young     Francis Rossi     Roy Lynes