Bob Young

Né le 16 mai 1945, à Basingstoke, Robert Keith Young est baigné très tôt dans le monde musical. Son oncle appartient à un groupe et dès qu'il le peut, le petit Bob Bob accompagne son père aux représentations du tonton. Ce dernier lui donne alors sa première leçon de guitare. L'adolescent écoute beaucoup Bob Dylan, son principal modèle. Il arrête sa scolarité à l'âge de quinze ans, fait quelques apprentissages dans des usines locales, fabriques de transistors ou d'outils. Parallèlement, il fait sa première apparition musicale au sein de groupes locaux, 'The Other Versions' puis 'the Crack'. A 21 ans, il décide de tout plaquer et part vivre avec un ami trois mois en Suède puis en Yougoslavie, découvrir le monde comme il se plaît à dire. De retour, en Angleterre, à Nottingham, il fonde The Attacks. Le groupe sort, alors, au mois de mars 1967 son premier single 'Hi Ho The Silver Lining', sans succès. Young fait sa première rencontre avec The Status Quo, lors du concert que donna le groupe, en première partie de Gene Pitney à L'Hammersmith Odeon de Londres en 1968. Il travaille à ce moment là, avec le groupe Amen Corner mais s'occupe également d'autres formations où il est véritablement un roadie polyvalent. Quelques semaines plus tard, il rencontre, à nouveau Rossi et sa bande, à Nothingham. Il travaille alors avec le groupe The Herd où sévit Andrew Bown. A cette époque, les managers, Pat Barlow et Joe Bunce, viennent de virer l'assistant de John Fanning, le road manager, et lui proposent, tout naturellement le poste laissé vacant, tant pour ses talents de polyvalence que de connaissance du monde musical. Peu de temps avant, Ian Anderson, qui venait de fonder Jethro Tull avait approché Young pour lui offrir une place de roadie. Bob avait pratiquement donné son accord mais lorsque Bunce et Barlow lui proposèrent 5 £ en plus par semaine, la décision de rejoindre The Status Quo fut prise. C'est le 4 juin 1968 que Young prit officiellement ses fonctions au sein du groupe. Son apport est déterminant dans la carrière de Status Quo. Il participe néanmoins à de nombreux autres projets : il fut roadie de nombreux groupes, il ouvrit même un bar Blues-Folk à Basingstoke, dans la ville même où il commença sa carrière d'ingénieur du son. Il se marie, le 5 août 1968 avec Sue, au Kensongton Registry Office. John Fanning lui sert de témoin. Quelques mois plus tard, il est rejoint par Malcolm Kingsnorth qui deviendra a son tour l'ingénieur du son permanent du groupe. Le jeune groupe est, maintenant, entouré d'une équipe solide et peut se lancer à la conquête de l'Angleterre.


John Fanning décide de quitter le groupe en 1970, lorsqu'il émigre en Australie pour travailler pour Sounds Incorporated. C'est donc tout naturellement que Bob Young prend sa succession, et devient le cinquième membre 'honorifique' du groupe, comme il aime à se faire appeler. Son salaire est, alors, porté à 20 £ par semaine.En plus de toutes ses activités, Bob Young écrit de nombreux morceaux. Ses talents de compositeurs vont, dorénavant, être largement mis à contribution au sein de Status Quo. Le tout premier morceau fut co-écrit avec l'organiste Roy Lynes. C'était principalement pour rire au début, jusqu'à ce qu'il commence plus sérieusement a écrire avec Alan Lancaster. Ses premiers morceaux (The clown (Young/Lynes/Lancaster), Nothing at All (Lancaster/Lynes/Young) et Antique Angelique (Young /Lancaster))apparaissent sur le second album de Quo, Spare Parts' en septembre 1969. Le plus assidu à écrire avec Bob Young sera sans conteste, quelques années plus tard, Francis Rossi, avec lequel il écrira les plus grands titres et surtout les plus connus, avec un total de plus de soixante morceaux co-écrits. Le premier morceau, issu de la plume des deux amis, fut 'In My Chair' suivi plus tard par 'Caroline'»'(conçu à l'origine en version country), 'Paper plane', et le seul numéro 1 du groupe 'Down Down'. En complément de ses talents d'auteur, Bob Young se démarque en jouant de l'harmonica sur de nombreux morceaux studio, si bien qu'il monta sur scène pendant plus de 12 années sur le Roadhouse blues et sur Railroad. Le premier morceau enregistré avec Bob Young à l'harmonica fut 'The price of love' en 1969. Puis, il écrit avec Francis Rossi des blues évocateurs tels que 'Spinning wheel blues' et 'Need Your Love', qui sortiront sur l'album 'Ma Kelly Greasy Spoon' en août 1970. Les royalties lui permettent de louer un petit logement dans un immeuble de Dulwich juste en dessous de l'appartement qu'occupent les Rossi, ce rapprochement étant bénéfique pour les travaux d'écriture. En 1976, il réussit à entourer le groupe d'une réelle équipe technique avec Malcolm Kingsnorth (ingénieur du son), Paul Lodge (mixage), Keith Castley (roadie de scène), Georges Harvey (lumière) et Graham Catton. Bob s'intègre entièrement au groupe et veut être présent sur tous les fronts aussi bien sur scène qu'en dehors, en studio, et en coulisses. Il souhaite être présent lors des sessions studio et les membres de Status Quo sont tout à fait d'accord pour qu'il donne son avis sur chaque morceau enregistré.


Micky Moody et Bob Young
Micky Moody et Bob Young

Dans l'ombre de Status Quo, Bob Young écrit en 1976, un album folk avec son ami Micky Moody qu'il avait rencontré en 1970 quand Snafu jouait lors du même concert que Quo au Royal Albert Hall de Londres. Le premier morceau réalisé par le duo fut 'Chicago Blues', qui précéda tout juste la sortie de l'album intitulé tout simplement 'Young and Moody', tous les deux sortis chez Magnet Records. Contenant une panoplie de morceaux Folk et Blues, tous les morceaux de l'album ne furent écrits qu'en quelques jours, et dans le même registre, l'ensemble de l'enregistrement et du mixage de l'album ne prit guère plus d'une semaine. Des neufs morceaux de l'album, sept sont signés Young et Moody, un (Four until late) étant du légendaire bluesman Robert Johnson. 'I'll be back' est une composition enregistrée par Rossi et Young mais non destinée spécialement à cet album. En mai 1978, Bob Young participe à l'album 'Rockin in rythm' du groupe Bardot. Young y joue de l'harmonica sur le titre 'Hero's Reward'. Le producteur n'est autre que Pip Williams, qui produit l'intégralité de l'album en y ajoutant également ses talents de guitariste. 1978 fut aussi l'année de sortie du premier recueil de poésies de Young intitulé 'Alias The Compass' édité chez Cantastar. Celui-ci est présenté, sur la couverture arrière, comme un recueil de poésies écrit sur la route durant les dix premières années passées avec Status Quo. L'introduction du livre fut rédigée par le DJ de Radio One, John Peel, et plusieurs poèmes furent illustrés par des dessins de David Naylor et Roger Glover (bassiste de Deep Purple). La session d'enregistrement du single suivant de Young and Moody fut interrompue par le planning surchargé de Status Quo, et l'album 'The Devil Went Down To Georgia' ne sorti qu'en septembre 1979, produit par Roger Glover (qui produisit aussi leur premier album). Plusieurs secondes voix furent enregistrées par Francis Rossi et Bernie Frost. Cet album sortit chez Fabulous Records (ce sera leur seule et unique production) qui fut racheté par Quarry Productions. Young et Moody en profitèrent pour sortir un morceau reggae 'All The Good Friends' produit pour Quarry Productions par Francis Rossi. En 1980, et après plus de douze ans en tant que tour manager, Bob Young décide de laisser les reines de Status Quo à Iain Jones, qui suivait le groupe depuis 1977. Cette décision fut motivée par son envie d'entrer dans une position plus exécutive chez Quarry Productions et par, de même, continuer sa propre carrière et entamer de nouveaux projets. Mais, à cette époque, l'entente avec le reste du groupe se dégrade. Le management de Status Quo, désireux de se séparer de l'encombrant Bob monte un tas d'histoires le séparant surtout de Rossi. Status Quo sans Bob Young ne sera, dorénavant, plus le même groupe, les morceaux signés Rossi et Frost (son nouveau compagnon d'écriture) sonneront 'plus variétés' contrariant un nombre non négligeable de fans.


Ceci n'empêche pas Young d'écrire de nouveaux morceaux, avec ou sans Micky Moody, tout en rédigeant un livre intitulé 'Le langage du Rock'n'Roll', une encyclopédie humoristique pour comprendre les expressions du Rock'n'roll, lequel deviendra une bible pour tous les roadies et autres musiciens du monde entier. Au début de l'année 1981, Bob Young fut approché par la compagnie Levi Strauss et on lui demanda d'écrire un morceau sur le thème de la célèbre marque de blue jeans. Après une discussion concernant la rentabilité du travail, il part rejoindre Micky Moody aux USA qui était en pleine tournée avec Whitesnake, à Los Angeles. Les deux musiciens occupèrent le bureau personnel de John Reid, manager de Sir Elton John, pendant une semaine afin de composer le titre principal pour Levi's, qui fut enregistré en 5 jours. Le vocaliste Graham Bonnet, ex-Rainbow de Richie Blackmore, fut convié à la session studio pour enregistrer le titre, qui sort en mai 1981 et crédité 'Young and Moody Band'. 'These Eyes' fut le titre utilisé par Levi's durant de nombreuses années pour les spots télévisés et au cinéma. Utilisant ce passage prolifique, Bob et Micky enchaînèrent avec Graham Bonnet pour enregistrer trois morceaux sur l'album de celui ci, s'intitulant 'Line up'. Ces morceaux sont 'Dirty Hands', 'Don't Stand in The Open', et 'Out on The Water', qui seront bientot accompagnés par 'Night Games', produit par Francis Rossi et John Eden. Fort de leur album, Young et Moody enregistrèrent le single nommé 'Dont Do That', avec de très bons musiciens tels que Lemmy à la basse bien sur, Cozy Powell à la batterie, Ed Hamilton au chant et les chanteuses Linda et Colleen Nolan du groupe 'The Nolans'. Ce single fut le seul succès dans les Charts, de la carrière de Young et Moody avec une modeste 63ième position. 1982 fut, pour Bob Young le début d'une nouvelle aventure avec le célèbre Jackie Lynton avec qui il s'acharne à écrire des textes pour la télévision et en particulier pour le comédien Jim Davidson et la majorité de ce travail fut utilisé par ce dernier pendant sa série télévisée en 1982. En 1984, Young rejoint ses amis de Status Quo, sur scène, lors du dernier concert du 'End of the Road' tour. Bob Young s'engage a écrire un nouvel album, qui serait semble t il, son premier album solo. Les morceaux furent enregistrés en plusieurs sessions studio en plus d'une année avec l'aide de plusieurs musiciens comme Rick Parfitt, qui posa sa voix sur un morceau co-écrit pour Quo, 'Living on an Island' . Le concept de Bob était de réenregistrer les morceaux écrits pour le Quo mais dans son style de référence, la country. 'In Quo Country', ne sortira, finalement, que deux ans plus tard.


L'année suivante, en 1985, Bob Young sort une nouvelle biographie de Quo co-écrit avec l'aide du biographe officiel du groupe John Shearlaw, 'Again and again'. Ce livre intéressant contient de nombreux clichés et de nombreuses anecdotes personnelles que Bob Young avait collectés durant de nombreuses années, de 1968 à 1984. Le responsable de l'édition de ce livre n'est autre que Colin Johnson, manager de Status Quo depuis 1971. Bob Young et Colin Johnson furent à nouveau partenaires lorsqu'ils prirent en main le groupe nommé 'Nightfly' en 1985. La formation était composée de Micky Moody à la guitare, Boz Burrel (Bad Company) à la basse, Spencer James au chant, Mike Simmonds (John Coghlan's diesel band) au piano, et Zak Starkey (fils de Ringo Starr) à la batterie. Une tournée fut organisée durant le mois de février 1985, pour se terminer le 28 au Marquee de Londres. Malheureusement le talent du groupe n'arriva pas à attirer l'attention du public et il fût décidé d'une séparation juste après la tournée. Quelques années plus tard, Starkey, demandera à Young de devenir le parrain de sa fille, Tatia. 1985 vit, également, la sortie d'un nouveau style de bande dessinée aux couleurs Rock, du nom de 'Comic Rock', lancée par Bob Young et Rob Fletcher. Le concept principal était de sortir une bande dessinée incluant divers groupes, au moment de Noël. Le premier tome fut consacré a StatusQuo, ZZ Top, Slade et Motorhead et sortit sous le nom de 'Rockers Rolling'. L'histoire décrivant Quo s'appelait 'A la recherche de l'accord perdu' (In the search of the lost chord), A la suite de cet article, une page intitulée 'Confession of a Bloozer' comportait un dessin de Rick Parfitt arborant un tee-shirt 'Aussi malade que Rick Parfitt'. Young et Fletcher s'illustrèrent aussi en tant qu'illustrateurs du tour program du 'End Of The Road' en 1984 mais aussi de l'arrière de la pochette du single 'Going down town tonight'. Bob young, en 1985, travailla avec Rick Parfitt sur l'album solo de celui ci, 'Recorded Delivery' Bob ne se contenta pas simplement d'écrire des morceaux mais il joua de l'harmonica et chanta en tant de choriste. Cet album ne vit jamais les bacs, et certains morceaux furent intégrés en face B de singles de Status Quo, comme 'Lonely Night'. En juillet 1986, l'album solo de Bob Young, baptisé 'In Quo country' sort enfin, sous le label 'Making Waves'. Cet album avait été précédé plusieurs mois auparavant par un single, 'Mean Girl/ Living on an Island'. Plusieurs guitaristes de renom participèrent à son élaboration comme Micky Moody, Rick Parfitt et le légendaire Albert Lee . Malgré son succès modéré, il fut réédité en 1993 en format CD par le même label.


Un autre groupe avec qui Bob young flirta quelque temps est The Georgia Satellites aux débuts des années 80. Avec l'ex manager de Status Quo, Colin Johnson, Young fut nommé sur la pochette de l'album 'The land of salvation and sin' en remerciement de leur aide. En addition de nombreux autres projets, Bob Young a managé, quelques temps, le groupe d'Alan Lancaster 'The Alan Lancaster's Bombers' en 1989-90. Durant cette période, Bob apparu avec le groupe d'Alice Cooper, combinant ainsi les apparitions lors de nombreux concerts à travers l'Australie. Au début des années 90, Bob Young intégra le groupe de John Coghlan 'Diesel Band', tout au long de l'année 1992, à travers une tournée géante sur le sol scandinave. Le groupe, après 16 ans de tournées sans pause, décida d'entrer en studio et d'enregistrer son premier album. Malheureusement, seuls deux morceaux sortirent des studios, 'River of tears' et 'No moon shines' dans un anonymat le plus total. Après avoir en avoir terminé avec la session studio du 'Coghlan's band', Bob entra en studio avec Micky Moody et Ray Minhinnet. Un maxi single sortit du studio : "Svensk blues", "Trying not to notice", et "Save all your loving". Le trio décida d'organiser une tournée en Suède, et leur set fut alors constitué de nombreux morceaux du premier album de Young et Moody. Dans le même , Bob Young fut l'invité d'une célèbre radio suédoise, Radio East FM, et durant deux heures, il raconta son histoire avec Status Quo durant ses 25 années de partenariat. Durant cette interview, on put entendre un morceau inattendu enregistré par Bob Young et Francis Rossi, alors qu'ils jouaient pour la première fois 'Down Down' lors de son écriture dans une chambre d'hôtel, à Los Angelès, en 1973. Entre 1992 et 1993, Bob Young et Ray Minhinnet furent conviés à de très nombreuses interviews alors qu'ils commençaient à créer un documentaire de télévision produit par leur nouvelle agence de production 'Schemeglobal productions' concernant l'anniversaire tant attendu des 50 ans de la Stratocaster de Fender. Ce documentaire fut nominé en 1994 aux Golden Rose Awards of Montreux. Ne s'arrêtant pas en si bon chemin, ils décidèrent d'organiser une rencontre entre deux géants de la musique, Hank Marvin (the Shadows) et Mark Knopfler (Dire Straits), qui acceptèrent d'enregistrer le duel guitaristique sur 'Nivram', morceau des Shadows de 1961. Pour cette occasion, Fender décida de lancer la production d'une série limitée de Stratocaster pour le 40ième anniversaire du Custom Shop de la marque, et le premier modèle de la série fut mise aux enchères et rapporta plus de £ 32 000 a la Nordoff Robbins Charity. Pour compléter ce projet, Young et Minhinnet enregistrèrent un documentaire de 3 heures pour la BBC s'appelant 'Curves, Contours and Body Horns' qui furent mises sur les ondes de Radio One les 3, 10 et 17 janvier 1995, raconté par le respecté Bob Harris. Chaque semaine, l'émission était ouverte par une introduction de Bob Young avec une musique de fond enregistrée par Ray Minhinnet.


En plus de travailler à plein temps sur le projet 'Rockard', une société de merchandising développée par Young et Fletcher, Bob incorpora le travail démarré quelques mois plus tôt par Rossi et Parfitt pour l'édition de la première autobiographie officielle de Status Quo, 'Just For The Record' . Il contribua à cette édition en amenant les écrits originaux de Caroline et Down Down, de nombreuses photographies et des anecdotes personnelles. En parallèle, il devint le manager de Little Egypt, le groupe des fils de Francis Rossi, Nick et Kieran. Depuis le départ de Bob Young du management de Status Quo, de nombreux groupes se tournèrent vers lui demandant de devenir le manager d'une tournée, et ce fut le cas lorsque Buch, qui avait tourné avec le Quo au début des années 80, lui demanda de devenir le manager de Vanessa Mae, une violoniste surdouée qui allait entamer une tournée avec son groupe. La tournée était gigantesque avec des journées qui voyaient Bob Young travailler plus de 20 heures ! USA, Brésil, Argentine, Europe, Canada, Nouvelle-Zélande, les quatre coins de la planète furent explorés ! Après cette tournée fatigante, Bob Young fut a nouveau demandé par Mal Buch pour devenir manager de Hank Marvin, son acolyte des Shadows, afin d'organiser et de manager sa tournée. Celui-ci accepta sans problème, la tournée étant seulement européenne, sans commune mesure avec la tournée de Vanessa Mae. S'étant accordé lui-même une période de calme relatif, Bob Young fut contacté en février 1997 par la compagnie de Liverpool, 'Cavern City Tours', qui possédait déjà le célèbre Cavern Club, et bien d'autres salles. Celle-ci demanda à Bob Young d'être consultant sur un projet concernant l'aide apportée aux victimes de la catastrophe de Hillsborough (96 supporters de football tués dans un mouvement de foule dans le stade!), huit ans auparavant. Bob accepta immédiatement et ne compta plus les allers-retours entre Londres et Liverpool pendant les mois qui suivirent ! Sa tache fut d'organiser un concert en plein air à Anfield, capitale de l'équipe de football de Liverpool en mai, ce qui lui laissait seulement trois mois de délai ! Grâce à son expérience et à ses innombrables amis musiciens accumulés durant de nombreuses années, Bob fut capable de concrétiser ce projet dans les temps ! Ce fut la première fois qu'un concert était donnée dans ce lieu inhabituel, et le concert qui eut lieu a guichets fermés rassembla 'The Lightning Seeds', 'The Beautiful South', et 'The Maniac Street Preachers', le tout animé par le célèbre animateur de Radio One, John Peel. Le concert fut filmé et produit par Mickael Watt, et les 34.000 tickets disponibles furent vendus en quelques jours, rapportant à l'association 'Hillsborough Family Support Group', la somme de 400.000 Livres sterling.


Durant ce temps, les bacs voyaient à nouveau les disques de Bob Young avec 'Young and Moody' et 'In Quo Country' en format CD. Ces albums furent agrémentés de 3 titres inédits, dont 'Caroline' en version country. De plus, la même année, Mickael Watt reprit contact avec Bob Young afin qu'il entre définitivement dans sa maison de production en tant que consultant, ce que Bob Young accepta aussitôt. Durant l'année 1998, Bob Young trouva le temps de produire avec Castle Communication une réédition des tous premiers albums de Status Quo sous forme d'un coffret de 4 disques ('Picturesque matchstickable message from the Status Quo', 'Spare parts', 'Ma Kelly's greasy spoon', et 'Dog of two head', contenant des morceaux nouveaux et surtout des éléments inédits incorporés au livret intérieur. En 1999, Bob Young décida d'entreprendre une tournée des grands centres musicaux du monde, dont New York, Tokyo Lisbonne, etc... Le principal intérêt qu'il eut de faire ce travail personnel était de prendre en charge le travail d'une des protégés de Mickael Watt, Irène Molloy, qui, à 19 ans, se produisait dans les plus grandes salles de Broadway qui lui profilait un excellent début de carrière solo. Mais, Status Quo reste son port d'attache. Ainsi, en 2001, il se rapproche de Francis Rossi et les deux amis se remettent à écrire ensemble. Après avoir aplani tous leurs problèmes, les travaux d'écriture ne tardent pas à commencer et la collaboration ne tarde pas à accoucher de quelques dizaines de morceaux. Sur les quatorze titres que contient 'Heavy Traffic', sept sont signés Rossi/Young. Unanimement considéré par les fans comme le meilleur album du groupe depuis 'Never too late', ceci ne fait que confirmer l'importance indéniable de Young au sein du groupe. Il est, à ce titre, un des éléments fondamentaux de la reformation du 'Frantic Four' et participe pleinement aux concerts de 2013 et 2014. Young continue aujourd'hui de travailler pour la 'Nordoff Robbins Music Therapy' qui a vu le jour il y a plus de 25 années et signera la préface de la seule biographie française 'La route sans fin' écrite par Philippe Duponteil et Philippe Robin, en 2005.


                   Francis Rossi     Alan Lancaster     John Coghlan     Andy Bown     Pete Kircher     John Edwards                Matthew Lettley     Leon Cave    Rick Parfitt     Jeff Rich     Roy Lynes