1996

Afin d'aider à la promotion du futur album, le groupe donne un concert au Brixton Académy, le 28 janvier avec pour invités tous les artistes ayant participé à l'enregistrement du disque. 3.000 personnes, principalement des membres du fan-club officiel, 'FTMO' assistent à ce concert. C'est David Walker, initiateur du projet, qui introduit le groupe sur scène. 'Pour être tout à fait franc, jouer 1 heure 20 de play-back fut assez ennuyeux pour le groupe. Par contre, ils adorent jouer 'live' et, à ce titre, Brixton fut une énorme chance pour eux de jouer devant ce qu'ils considèrent comme leur seconde famille, les fans hard-core. Ce fut une superbe manifestation même si Brixton Academy est, certainement, l'une des salles les plus froides de la planète. D'autant plus qu'il neigeait, le jour-là. En dépit de ça, ce fut superbe, et travailler avec les Beach Boys fut phénoménal' se remémore le manager. Costumes et cravates sont de rigueur donnant une image tout à fait inédite du Quo. La tenue vestimentaire est la même que trente ans auparavant ... La boucle est bouclée peut on penser ... Non, Status Quo n'a, absolument, pas envie de raccrocher et ont encore de belles années devant eux ! Sur la vidéo qui extraite du concert, on peut voir les Beach Boys, Brian May, Maddy Prior et Tessa Niles. Depuis le début des années 70, Brian Wilson n'est pas apparu sur une scène britannique ce qui ne manque pas de donner du piment à cette représentation. Status Quo y interprète toutes les reprises du nouvel album en play-back avant de donner un second concert, bien en live, à la suite de quoi il sera organisé une petite réception. Lors du second concert, Brian May rejoint à nouveau le Quo pour une version de 'FBI' des Shadows et le traditionnel 'Bye Bye Johnny'. Status Quo et les Beach Boys s'allient pour une campagne promotionnelle. Elle commence le 1er février, sur GMTV show. On peut, ensuite, les voir souvent, lors de shows télévisés comme le 7 février, à 'Des O Connor Tonight' par exemple. Trois jours avant, la radio allemande SWF3 diffuse un spécial '30 ans de Status Quo'. Le 11, avant le match du championnat allemand de football, Hambourg-Munich, le groupe interprète 'Fun fun fun' sans Jeff Rich, resté en Angleterre pour s'occuper de son école de batterie. C'est John Lingwod du groupe Manfred Mann's Earthband qui le remplace. Intitulé "Don't stop", le nouvel album sort finalement en février pour se classer n°2, le 17. Il s'en vend plus de 80.000 exemplaires, la première semaine et devient rapidement disque de platine soit 300.000 unités vendues et ce, en moins d'un mois. Succès incontestable! Polydor, suite à la catastrophe 'Thirsty work' et ses singles, ayant décidé de ne pas renouveler l'expérience Status Quo, c'est Polygram TV qui édite ce nouvel album. Pourtant, au début du projet, Francis était assez réticent. 'Ca ne me semblait pas une bonne idée. Mais, en fait, ce fut un album agréable à faire. Pour une fois, tout le monde connaissait les mélodies'. confie t-il au magazine Best. Le 19, sort en single, "Fun fun fun", enregistré avec les Beach Boys. Il entre dans les Charts, pour 4 semaines, le 2 mars, se classant à la 24ième place. Il s'en vend plus de 35.000 exemplaires. Il y avait bien longtemps qu'un single de Status Quo n'avait pas atteint ce chiffre. Quo pouvait, alors, espérer certaines retombées aux Etats-Unis car collaborer avec les Beach Boys ne pouvait qu'engendrer de respectables chiffres de vente. Hélas, le disque ne sortira pas outre-atlantique. Encore une fois, le management se montre complètement absent dans la conquête des States. L'enregistrement de ce titre fut effectué en plusieurs étapes. Initialement, Status Quo a enregistré la mélodie et les chants puis la bande fut expédiée aux Etats-Unis afin que les Beach Boys puissent ajouter leurs parties vocales. Enfin, la bande fut de retour en Angleterre pour le mixage final. 'Lorsque David me lança l'idée d'inviter les Beach Boys pour un titre de l'album, je pensais qu'il n'y avait aucune chance de les voir avec nous. Mais quand il les a contactés et qu'ils ont répondu oui, j'étais abasourdi et David a dû me répéter ça trois fois avant que je puisse y croire. Choisir un de leurs titres qui sonnait bien avec notre style ne fut pas chose aisée. Nous en avons essayé plusieurs avant d'opter finalement pour 'Fun fun fun' affirme Rossi. Francis aime à rappeler sa première rencontre avec Brian Wilson. 'Salut camarade, lui ai-je dit, comment vas-tu ? Il m'a regardé puis est parti en me demandant qui j'étais ! Voilà qui me remettait à ma place'. Pendant les mois de février et mars, Status Quo et les Beach Boys multiplient les passages télés. Le courant passe bien entre les deux groupes comme le témoigne Rhino : 'Les Beach Boys sont des gars supers. Bruce Johnston n'arrête pas de parler et Mike Love est, certainement, l'un des gars les plus drôles qu'il est permis de rencontrer'. Brian Wilson, le mentor des Beach Boys y va, également, de son petit mot sympathique : ' J'ai bien aimé ce qu'ils ont fait avec Fun fun fun. La première fois que je l'ai entendu, j'ai trouvé ça fantastique. En terme de production, on ne peut pas faire mieux. Nous jouons des musiques différentes mais sommes très complémentaires et avons le même esprit'.


Brixton Academy (28/01/1996)
Brixton Academy (28/01/1996)

'Fun fun fun' est à l'origine d'une discorde entre Status Quo et Radio One, la station de la B.B.C réservée aux jeunes. En effet, la célèbre station de radio anglaise refuse de diffuser le single car elle estime le groupe trop vieux et le titre pas assez bon. Le management du groupe décide de porter l'affaire en justice et demande £ 250.000 de dommages et intérêts. 'Lorsque Radio 1 a estimé que 'Fun fun fun' n'était pas assez bon pour être diffusée sur ses ondes, je me suis vraiment mis en colère. Nous avons failli coller le programmateur contre le mur. Il n'était pas encore né que nos disques contribuaient déjà au succès de la B.B.C.1. De quel droit peut-il décider, de manière arbitraire, que notre chanson est mauvaise ? Ce choix appartient au public. Le pire, c'est que ce programmateur a pris la même décision avec un titre des Beatles, 'The real love' explique Rossi. Le 29 février, la procédure judiciaire est lancée, David Walker s'appuyant sur le fait que Radio 1 intègre dans sa play-list des artistes 'anciens' comme Bowie ou Sting alors pourquoi pas Status Quo ? Pour sa défense, Radio 1 explique que le Top 40 n'est pas sa référence ultime pour la play-list et que bon nombre de titres figurant dans ce palmarès ne sont pas diffusés. De plus, les responsables de la radio affirment que Status Quo est régulièrement diffusé sur une autre antenne, Radio 2, 'Don't stop' ayant même été cité comme album de la semaine ! Cette affaire alimente la chronique et un sondage téléphonique est même réalisé lors d'une émission de GMTV à laquelle Rossi et Parfitt participent. Le résultat est sans équivoque. 91% des votants soutiennent Status Quo. Les témoignages de soutien affluent, le plus marquant étant celui de Paul McCartney. Pourtant, la BBC campe sur ses positions alors qu'elle possède l'exclusivité des droits de diffusion sur les Charts, elle se doit de passer le disque qui est classé dans le top 40. Walker avance que la non diffusion de titres sur Radio 1 stoppe le processus de vente. 'Si tu n'es pas au programme de Radio 1, les distributeurs sont plus réticents à stocker ta production. La conséquence directe est que les acheteurs potentiels n'ont pas l'opportunité d'écouter le disque, ne savent même pas qu'il est disponible et sont, carrément, dans l'impossibilité de l'acquérir car il n'est même pas présenté en magasin'.   Le 15 avril, lors d'une interview au Daily Telegraph, Rick déclare la chose suivante : 'Radio One peut ne pas nous aimer ou ne pas aimer notre musique mais cela ne doit avoir aucun rapport avec le fait qu'ils ne veulent pas nous diffuser. C'est la station du Top 40 et ils se doivent de respecter ce que les gens achètent en matière d'albums et nos disques se vendent par millions !' La position de Radio One est réellement très ambiguë car il ne faut pas oublier, que quatre ans auparavant, ses dirigeants avaient convié Status Quo à être tête d'affiche du concert commémorant leur vingt-cinq ans d'existence, à Sutton Park.


Promotion oblige, le groupe s'embarque, le 13 mars, pour une énorme tournée européenne, visitant 11 pays dont la France (le 25 juin à la Cigale de Paris et le 14 juillet au festival de Bagnols sur Cèze). Le concert d'Oslo, le 18 mars, est enregistré et diffusé les 4 et 13 juin par la radio norvégienne NRK.P1. Les trois concerts suédois des 22,23 et 24 mars sont finalement annulés. Mais, le groupe enchaîne sur sept concerts au Danemark avec Little Egypt en première partie, expérience réïtérée pour la partie allemande de la tournée (seize représentations). Rentrés en Angleterre, Francis, Rick, John, Andy et Jeff prennent quelques vacances. Pendant ce temps, Polygram sort le 18 mars, le second single de l'année. Il s'agit de "Don't stop" qui entre à la 35ième place des Charts pour seulement deux semaines. Là, le succès est moins présent que pour 'Fun fun fun', Il s'en vend trois fois moins. Rick Parfitt semble conscient de l'impasse discographique dans laquelle se trouve le groupe. 'Le prochain album doit absolument sonner comme du Status Quo, je n'y vois aucune autre alternative' déclare t-il. 'On me demande souvent où est le Status Quo que nous connaissions ? A ça, je réponds qu'il est toujours là. C'est juste une question de motivation pour revenir plus hard. Personnellement, je n'ai pas de problèmes avec ça mais je ne suis pas sûr que Francis veut retourner sur la route du 'plus heavy'. Peut-être devrions faire une sorte de 'Split album' avec Francis composant son matériel et moi composant le mien. Nous aurions alors une partie heavy et une partie plus douce, celle de Francis car il n'écrit pas dans le même style que moi'.  Les paroles de l'hymne de l'Euro 96 de football qui se déroule, en Angleterre, sont signées John Edwards, tandis, qu'au mois de mai, la vidéo du concert de 1990 au Butlin's est réédité sous le nom 'A rockin Anniversary'. Le 23 juin, en compagnie de Deep Purple, le groupe joue au stade du Dynamo de Moscou devant 75.000 personnes. C'est la première date commune aux deux groupes depuis des lustres. Rick nous livre la nuit qui a suivi la représentation : 'Nous sommes sortis et avons eu une nuit plutôt folle ! C'était super de revoir Gillan. Je ne l'avais pas vu depuis un bon moment. Quant à Roger, je ne l'avais plus côtoyé depuis qu'il avait produit 'Wild side of life'. Tous les trois, nous étions cassés, surtout Ian et moi. C'était véritablement une nuit de rock'n'roll. Et Gillan m'a battu au billard, le bâtard. Faut dire que j'étais incapable de voir les boules ni la table alors ...' En ce qui concerne le concert à proprement parlé, chacun a encore en mémoire les représentations à succès de 1988. Pas de problèmes de fouilles, cette fois ci et Status Quo est bien présent deux jours après à la Cigale de Paris.


Finalement, au mois de juillet, la Haute Cour de Londres déboute le groupe de sa requête et le juge, cyniquement met à un terme au procès en déclarant à l'avocat du groupe : 'Peut-être que les programmateurs n'aiment pas la musique de vos clients. Ils n'y sont pas obligés.' La station de radio n'a pas perdu la face puisqu'elle a gagné le procès mais son image de marque, elle, est un peu ternie. C'est pour remédier à ça, que quelques temps plus tard, quelques remaniements internes verront le jour. Peu de temps après, Rick et Francis sont invités à ce qu'ils croient être une émission célébrant leur trente ans de carrière. A cette occasion, plusieurs membres du fan-club ou prétendus membres ont comme devoir de leur poser toutes sortes de questions concernant la carrière du groupe, le tout sous les caméras de télévision. Les deux guitaristes, habitués à ce genre de situation, s'éxécutent sans problèmes. Petit à petit, les questions deviennent de plus en plus tendancieuses, de moins en moins complaisantes. Certains détails troublent les deux belligérants comme lorsqu'un spectateur fonce vers une plaque en contreplaqué à leur effigie, la prend dans ses bras et s'enfuit à toute vitesse sous les acclamations et applaudissements de la foule. Status Quo venait d'être victime du Marcel Belliveau anglais ! Dans la bonne humeur, le groupe au complet concluera l'émission en interprétant 'All around my hat'. Et là, ce n'est pas une plaisanterie ! Ce sera le futur simple du groupe ! Le groupe fait dans le folklorique maintenant, on aura tout vu ! Le 22 juillet, Rossi lance sur le marché son nouveau single solo, 'Give myself to love'. Le titre est à cent mille lieux des chefs d'oeuvre du Quo mais se classe, magré tout, à la 42ième place des Charts, la semaine suivante. Dans le même temps, le 27 juillet, après avoir interprété son single, Francis Rossi est invité à lancer le tirage de la loterie nationale anglaise. Le mois d'août voit la sortie de "The very best of", une compilation éditée par Polish alors que Virgin Records publie l'album solo de Rossi, 'King of the Doghouse', le 16 septembre. Bénéficiant d'une campagne de publicité correcte, c'est un flop total au niveau des ventes. Francis Rossi n'est pas pleinement satisfait de cet album et est même carrément consterné lorsqu'il apprend que son producteur, Tony McAnamy, était en vacances lors du coupage final et de la mise en boîte définitive de cet album. Francis s'explique de la façon suivante : 'J'ai réalisé certaines écritures dès 1993 et Tony McAnamy est venu chez moi début 1995 juste après la sortie de 'Thirsty work'. J'étais anéanti après la sortie de 'Thirsty work' car je pensais vraiment que c'était un très bon album et il n'a pas eu le succès que je croyais. Les trois premiers titres que j'ai enregistrés sont 'King of the Doghouse', 'Darlin' et 'Give myself to love' puis à l'écoute des titres, Virgin m'a proposé un contrat. Malheureusement, plusieurs titres sont très mal mixés. Cet album n'a pas été fait d'une manière professionnelle. J'aime la plupart des titres car, évidemment, c'est moi qui les aient choisis mais les choses ont mal tourné.


Après deux concerts en Suisse et en Allemagne, en septembre, Status Quo entre en répétition, d'abord pour se familiariser avec une set-list légèrement modifiée ensuite pour s'accoutumer à la nouvelle mise en scène du groupe en concert. En effet, il est prévu de jouer le titre 'Fun fun fun' avec une projection des Beach Boys sur un écran géant placé sur scène. Ces tâches accomplies, Quo reprend la route pour une tournée à travers l'Europe émaillée d'anecdotes. Le 25 octobre, le groupe donne le premier concert de son histoire à Istanbul en Turquie. Jeff Rich confiera, plus tard, que jamais que le Quo n'aura joué avec un son aussi pourri ce qui pourtant n'empêchera pas la formation de se produire, le lendemain, dans des conditions similaires, à Ankara. Le 9 novembre, à l'Isstadion de Timra, en Suède, débute l'immense 'Can't stop tour'. Le 19 novembre, le concert prévu à Ulm en Allemagne est finalement annulé, 300 places seulement ayant été vendues. Les 12, 13 et 14 novembre, Status Quo se produit en Pologne, pays peu habitué aux concerts de rock. Quelques jours plus tard, Status Quo se produit trois fois en France (le 22 à Mulhouse, le 23 à l'Olympia de Paris et le 24 à Lille). Après ces trois concerts français, le groupe est victime de la grève des routiers français lors du départ pour l'Angleterre. En effet, le matériel étant chargé dans des camions depuis Lille, il restera bloqué à Calais, et ne sera pas embarqué à temps pour les concerts de Belfast des 26 et 27 novembre où seul le groupe sera présent mais sans instruments ni sono. Finalement, le matériel arrive juste à temps pour le concert du 28 à Newry et est monté à la hâte.


Un mois auparavant, le 28 octobre, un troisième single voit le jour. C'est "All around my hat" qui se classe à la 47ième place, la seule semaine ou il figure dans les Charts. La sortie de ce troisième et dernier simple de l'année n'était pas forcément utile. 7.000 copies seulement furent vendues. Le même mois, en France, la maison de disques Mercury France publie une compilation dénommée elle aussi "The very best of". Dans le même temps, en Angleterre, mille cartes téléphoniques à l'effigie de l'album 'Don't stop' sont mises en ventes à travers le pays. Le mois de novembre voit également la création du site officiel du groupe. L'habituelle tournée anglaise de la fin de l'année débute le 3 décembre à Swindon et se termine le 22 à Plymouth. Initialement prévu le 11 décembre, le concert de Plymouth fut reporté pour cause d'indisponibilité de Rossi. Pendant cette tournée et lors des concerts précédents, bon nombre de fans reprocheront à Jeff Rich d'emmener les titres sur un rythme beaucoup trop rapide. Jeff est un cogneur et il ne prend pas le temps de poser le rythme et la lourdeur manque cruellement. A titre d'exemple, des titres comme 'Don't waste my time' ou 'Caroline' ayant besoin de cette fameuse lourdeur pour atteindre leur plénitude durent près d'une trentaine de secondes en moins, en 1996 qu'en 1975. Les titres de 'Don't Stop' intégrés à la set list sont 'Get back', 'Proud Mary', 'Get out and Denver', 'Fun fun fun' et occasionnellement 'All around my hat' , lesquels sont très loin de provoquer la satisfaction des fans. Par contre, le groupe a sorti de son chapeau, deux titres de 1979, 'Come rock with me' et 'Rockin' on'. Preuve que, quand il veut surprendre agréablement, il le peut ! Le concert de Brighton du 13 décembre est enregistré par la station de radio BBC2 et est diffusé sur les ondes le 8 février 1997. Cette année 1996 voit aussi la parution d'un E.P intitulé 'Sex, drugs and Rock'n'roll'. Il regroupe les titres 'Goin' nowhere', 'Soft in the head', 'Rude awakening time', 'Queenie' et quelques extraits de soundchecks de la tournée 'Thirsty work'. Ce CD, difficilement trouvable n'a été édité qu'à cent exemplaires. Avec plus de 200.000 albums vendus au cours de l'année (dont 180.000 pour le seul 'Don't stop', Status Quo sera classé 73ième vendeur de 33 tours. 


Les concerts de l'année 1996


1. 28/01. Londres, Brixton Academy (Angleterre) 3.000. Enregistrement de la vidéo 'Don't stop'.

2. 13/03. Copenhague, Falkoner Théâtre (Danemark) 2.500. Première partie : Royal Hunt.

3. 15/03. Malmö, Isstadion (Suède)

4. 16/03. Göteborg, Scandinavium (Suède) 7.000. bootleg

5. 18/03. Oslo, Sentrum scène (Norvège) bootleg

6. 20/03. Helsinki, House of Culture (Finlande)

    22/03. Sundsvall (Suède) annulé

    23/03. Stockholm (Suède) annulé

     24/03. Karlskoga (Suède) annulé

7. 27/03. Ringsted, Congress Center (Danemark) Première partie : Little Egypt.

8. 28/03. Esbjerg, Odeatshallen (Danemark) Première partie : Little Egypt.

9. 29/03. Fredericia, Frederician Hallen (Danemark) Première partie : Little Egypt.

10. 30/03. Aarhus, Vejby Risskovhallen (Danemark) Première partie : Little Egypt.

11. 31/03. Herning, Herninghallen (Danemark) Première partie : Little Egypt.

12. 02/04. Aalborg, Aalborghallen (Danemark) Première partie : Little Egypt.

13. 03/04. Skiven Skivehallen (Danemark) Première partie : Little Egypt.

14. 06/04 Den Bosch, Brabanthallen (Pays-Bas) 7.000. Première partie : My Brother Jake

15. 07/04. Oosterzele, Window Rock (Belgique)

16. 01/05. Cottbus, Stadthalle (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

17. 02/05. Magdebourg, Stadthalle (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

18. 03/05. Berlin, Temopodrom (Allemagne) Première partie : Little Egypt. bootleg

19. 04/05. Baunatal, Rundsporthalle (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

20. 06/05. Bielefeld, Stadthalle (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

21. 07/05. Brême, Pier 2 (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

22. 09/05. Munich, Rudi-Sedlmayr Halle (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

23. 10/05. Fürth, Stadthalle (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

24. 11/05. Augsburg, Kongresshalle (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

25. 12/05. Stuttgart, Congresscentrum B (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

26. 14/05. Kiel, Ostseehalle (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

27. 15/05. Hanovre, Music Hall (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

28. 16/05. Düsseldorf, Phillipshalle (Allemagne) Première partie : Little Egypt. bootleg

29. 17/05. Erfurt, Thüringenhalle (Allemagne) Première partie : Little Egypt.

30. 18/05. Offenbach, Stadthalle (Allemagne) 4.000. Première partie : Little Egypt.

31. 19/05. Hamm, Maximilianpark (Allemagne) Première partie : Little Egypt. bootleg

32. 21/05. Zürich, Hallenstadion (Suisse) bootleg

33. 14/06. Karlshamn, Festival (Suède)

34. 22/06. Dubrovnik, Festival '96 (Croatie)

35. 23/06. Moscou, Dynamo stadium (Russie) 75.000.Commémoration des 6 ans de la radio russe, 'Evropa+' en compagnie de Deep Purple et de trois groupes russes. Filmé. Bootleg.

24/06. Paris, La Cigale (France) annulé, reporté au 25/06.

36.25/06. Paris, La Cigale (France) 1.000. Première partie : Bif Naked. bootleg

37. 28/06. Bollnäs, Bollnäsfestivallen (Suède) bootleg

38. 29/06. Jönköping, Plein air (Suède)

       06/07. Dortmund, Westfalenpark (Allemagne) annulé

      07/07. Geinhausen, Festzelt Hessentag (Allemagne) annulé

39. 12/07. Riga, festival (Lituanie)

40. 14/07. Bagnols sur Ceze, Parc Arthur Raimbaud (France) 1.500. Avec Bif Naked.

41. 19/07. Kungshamn Kungshamnsvallen (Suède) bootleg

42. 20/07. Borgholm, Plein air (Suède)

43. 21/07. Halmstad, Lilla Torget (Suède) bootleg

44. 17/08. La Corogne, Playa de Riazor (Espagne) Première partie : Mercedes Ferrer

45. 20/09. Schupfart (Suisse) Première partie : Gatthard

46. 21/09. Oberhausen, Arenahalle (Allemagne)

47. 25/10. Istanbul (Turquie) D'après Jeff Rich, jamais le son du Quo ne fut aussi mauvais que ce soir-là.

48. 26/10. Ankara (Turquie)

49. 09/11. Timra, Isstadion (Suède) bootleg

50. 10/11. Stockholm, Circus (Suède) bootleg

51. 12/11. Gdansk, Olivia-Halle (Pologne) premier concert polonais

52. 13/11. Warsaw, Colloseum (Pologne)

53. 14/11. Kattowitz, Spodek-Halle (Pologne)

54. 16/11. Vienne, Libro Music Hall (Autriche) 1.500

55. 17/11. Graz, Orpheum (Autriche)

19/11. Ulm, Donauhalle (Allemagne) annulé, seulement 300 places vendues.

56. 20/11. Ludwigshafen, Friedrich-Ebert-Halle (Allemagne)

57. 22/11. Mulhouse, Phoenix (France) 2.500. bootleg

58. 23/11. Paris, Olympia (France) 2.000. bootleg

59. 24/11. Lille, Zenith (France) 2.500.

      26/11. Belfast, Ulster Hall (Irlande) annulé à cause de la grève des routiers français.

      27/11. Belfast, Ulster Hall (Irlande) annulé à cause de la grève des routiers français.

60. 28/11. Newry, Sports Center (Irlande) pas de première partie

61. 30/11. Duncannon, Leisure Center (Irlande du nord) pas de première partie

62. 01/12. Dublin, The Point (Irlande) pas de première partie

63. 03/12. Swindon, Oasis Centre (Angleterre) Première partie : Steeleye Span

64. 05/12. Cardiff, International Aréna (Pays de Galles) Première partie : Steeleye Span

65. 06/12. Bridlington, Spa Pavillon (Angleterre) Première partie : Steeleye Span. bootleg

66. 07/12. Glasgow, SE & CC (Angleterre) 8.000. Première partie : Steeleye Span

67. 08/12. Newcastle, Arena (Angleterre) Première partie : Steeleye Span

68. 09/12. Sheffield, Arena (Angleterre) Première partie : Steeleye Span. bootleg

       11/12. Plymouth, Pavillon (Angleterre) annulé, Rossi malade, reporté au 22/12..

69. 12/12. Brighton, Conférence Centre (Angleterre) Première partie : Steeleye Span. bootleg

70. 13/12. Brighton, Conférence Centre (Angleterre) Première partie : Steeleye Span. bootleg

71. 14/12. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 10.000 Première partie : Steeleye Span. Filmé. bootleg

72. 15/12. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 10.000 Première partie : Steeleye Span. bootleg

73. 17/12. Manchester, Nymex (Angleterre) Première partie : Steeleye Span. bootleg

74. 18/12. Birmingham, N.E.C. (Angleterre) Première partie : Steeleye Span

75. 19/12. Birmingham, N.E.C. (Angleterre) Première partie : Steeleye Span

76. 20/12. Bournemouth, International Centre (Angleterre) Première partie : Steeleye Span

77. 21/12. Bournemouth, International Centre (Angleterre) Première partie : Steeleye Span

78. 22/12. Plymouth, Pavillon (Angleterre) 4.000. Première partie : Steeleye Span

Morceaux joués en 1996 : Paper plane, Softer ride, The wanderer, Proud Mary, Fun fun fun, Backwater, Mystery song Medley, Gerdundula, Get back, Get out of Denver, Whatever you want, In the army now, Something ´bout you baby I like, Don´t waste my time, Rockin all over the world, Roadhouse blues, Caroline, All around my hat, Anniversary waltz. Bye bye Johnny



Les passages télés


          1996. Hans Otto show (Allemagne) 'Get Back'

01.02.1996. GMTV show (Angleterre) 'Fun fun fun'

10.02.1996. HR3 (Allemagne) 'Fun fun fun'

07.02.1996. Des O'Conner show (Angleterre) 'Fun fun fun'

10.02.1996. HR3 (Allemagne) 'Fun fun fun'

07.03.1996. GMTV show (Angleterre)

08.03.1996. GMTV show (Angleterre)

11.03.1996. Talking telephone numbers (Angleterre) 'Fun fun fun'

16.03.1996. Shane Ritchie experience (Angleterre) 'Fun fun fun' et 'Rocking all over the world'

30.03.1996. Michael Barrymore show (Angleterre) 'Don't stop' et 'Rocking all over the world'

31.03.1996. Surprise surprise (Angleterre) 'Fun fun fun'

19.07.1996. Salut les copains (France) 'Fun fun fun'

1996. Geld oder liebe (Allemagne) 'Fun fun fun'

24.10.1996. Noel's house party (Angleterre) 'All around my hat'

09.11.1996. Apollo (Danemark)

11.11.1996. Fotbollsgala (Suède)'Whatever you want' et 'It was a teenage wedding'


1995     Retour historique     1997