1991

avec Roger Daltrey
avec Roger Daltrey

Les succès discographiques de l'année précédente ont remis sur pied un groupe quelque peu désorienté par les divers échecs de l'année 1989. Mais, il est, maintenant, temps de penser à élaborer un album de titres originaux. C'est quand même avant tout le souhait premier des fans, à condition, toutefois qu'il soit d'un autre acabit que l'inadmissible 'Perfect remedy'. Les quelques ébauches sont prometteuses mais il s'agit de confirmer véritablement. En effet, en entamant la dernière décennie du siècle, le groupe a la sensation d'être discographiquement dans une impasse même si tout marche correctement en 'live'. Depuis, cinq ans, les ventes d'albums sont, à chaque fois, inférieures aux ventes du précédent (En Angleterre : 200.000 pour 'In the army now', 110.000 pour 'Ain't complaining' et 60.000 pour 'Perfect remedy'). Status Quo se doit, donc, de séduire à nouveau, sur disque, ses fans et pour se faire, il faut absolument écrire des titres d'un autre calibre. Pourtant, David Walker, dont le succès de 'Anniversary waltz', semble avoir conforté dans son idée pense que la sortie d'un album de reprises ne peut être que bénéfique pour la tirelire du groupe. Avec 'Perfect remedy', le groupe et surtout le management (n'oublions pas que ce sont exclusivement des hommes d'affaire) n'ont gagné aucun argent. Le manager convoque donc, les deux têtes pensantes du groupe, Rossi et Parfitt. Les deux guitaristes se montrent d'entrée hostiles à cette évocation même si les recettes du dernier album ont, tout juste, permis de rembourser les avances consenties par la maison de disques. Ils ont écrit quelques titres et entendent bien prouver qu'ils valent beaucoup mieux que le désastre provoqué par l'album précédent. Finalement, pour contenter les deux parties, les sessions accoucheront un album hybride. L'année commence par la sortie d'une nouvelle compilation intitulée 'Knightriding'. Le 23 janvier, Status Quo participe à l'émission Hitparade de la ZDF, télévision allemande. Le groupe y interprète 'Anniversary waltz'. En ce début d'année, Quo est dégagé de toute activité live ce qui lui permet de se consacrer, pleinement, à l'écriture et à l'enregistrement de son futur album dont la production est assurée par Francis Rossi en personne. Les fans ne veulent plus de Pip Williams et l'ont fait suffisamment savoir pour être entendus . Les enregistrements sophistiqués sont terminés. Le groupe a décidé d'enregistrer comme 'Anniversary waltz' en pur live. Une scène est érigée au studio Bray, les amplis entourant le groupe, le tout supervisé par Tim Summerhayes aux manettes du studio mobile Fleetwood. C'est le studio personnel de Rossi qui sert de cadre pour le mixage, cette fois ci. Le groupe reprend la bonne vieille recette des sessions des années 70. Tout le monde enregistre ensemble en live, comme un groupe et pas instrument par instrument. Pas question de revivre un échec comme celui de "Perfect remedy". Le 4 février amène la réédition en format CD des albums 'Piledriver' à 'Back to back', certains étant jumelés en format Back 2 Back, 'Quo' avec 'Blue for you', 'Whatever you want' avec 'Just supposin', 'If you can't stand the heat' avec '1+9+8+2' et 'Never too late' avec 'Back too back'. Vertigo, décidément, peu enclin à collaborer avec Quo, se contente de mettre en boîte ces CD sans aucun effort d'originalité ! Le projet de rééditer quatre de ces albums au format vinyl est finalement abandonné.

Le 10 février, le groupe reçoit le "Brits Award", récompense pour sa contribution à l'industrie du disque britannique. En effet, à ce stade de sa carrière, on ne compte plus les disques d'or ou de platine acquis par le groupe. Lors, de la cérémonie, après avoir reçu sa récompense, Status Quo se débarrasse des embarrassants costumes pour laisser place au traditionnel jean, afin d'interpréter un medley constitué des principaux hits. Le lendemain, le Sun, avec une photo montrant le Quo ôtant ses costumes titre, 'le Clou du spectacle'. Pendant ce temps, le groupe travaille, toujours, sur les nombreux titres du futur album, si nombreux qu'il est envisagé de sortir un double album. Le 25 février, c'est au tour de la vidéo 'Anniversary waltz' tiré du concert du Butlin's du 10 octobre 1990, d'être lancée sur le marché. Les 5.000 premiers exemplaires sont présentés dans une boite imitation argent. Alors que la guerre du Golfe bat son plein, la B.B.C censure, au même titre que 'Imagine' de John Lennon, 'In the army now'. La popularité de Status Quo n'est plus à prouver mais un événement incroyable se dessine. Le 21 mars, un fan du groupe depuis ses débuts, un dénommé James Hall est officiellement rebaptisé Status Quo, à la demande de ce dernier. Un jugement de justice est même rendu, ce jour. Le 3 avril, Francis Rossi et Rick Parfitt se rendent à la prison de Pentonville pour inaugurer un atelier d'instruments de musique au profit des prisonniers. 'Un des officiers de la prison avait demandé à quelques prisonniers s'ils voulaient bien former un groupe. Mais, ils n'avaient aucun équipement. Ils ont établi leur atelier, ici. C'était assez impressionnant avec toutes ces clôtures électriques, autour de nous' se remémore Rick alors que Francis, lui, le souvient avoir été copieusement insulté par les prisonniers. 'Alors que je pensais qu'ils nous aimaient bien' relate t-il. Dans le même temps, une nouvelle compilation de la période Pye, intitulée 'Ice in the sun' et éditée par le label Marbel Arch voit le jour. Le 1er mai, Francis Rossi et Rick Parfitt entrent au musée de Mme Tussaud à Londres. Pendant ce temps, Walker travaille à ce qui doit rendre la journée du 21 septembre, historique. Chaque point de détail est étudié et l'affaire s'annonce plus rude que prévue. Autorisation et escortes de polices, planification des vols, locations des salles, en un mot toute la logistique est un véritable cauchemar. Les cinq membres du groupe sont enchantés par cet événement et chacun tente d'apporter la solution lorsqu'un problème surgit. Quelques semaines auparavant, Leo Fender offre une guitare, modèle Tele G&L à Francis Rossi. Cette guitare, spécialement construite pour lui séduit Rossi de par le son qu'elle dégage avec ses trois micros. Aussitôt, conscient que le son de Status Quo sur scène peut être amélioré grâce à ça, Le lead guitariste du groupe n'hésite pas à en doter sa vieille télécaster. 'Comme ça sonnait merveilleusement bien, je suis allé au Fender Guitar Shop anglais pour leur demander de modifier ma télécaster. On a essayé énormément de micros pour en arriver à la configuration actuelle avec les Lace Sensor, c'est ce qui me convient le mieux' explique t-il au magazine Guitar et Bass d'octobre 1994. Au niveau des concerts, la première représentation a lieu à Barcelone, le 25 mai. Le 1er juin, une nouvelle compilation 'To be or not to be' est éditée par le label Pickwick alors que l'album 'Live at the Nec' est réédité au format CD. En juin, le groupe effectue une tournée anglaise et joue onze concerts en compagnie de Rod Stewart et de Joe Cocker devant 260 000 personnes. Quelques jours plus tard, Status Quo se produit aux World Music Award de Monte-Carlo où ils reçoivent la récompense tant convoitée. A cette occasion, le prince Albert leur affirme qu'il est fan de Status Quo depuis longtemps et qu'il a été secrètement à l'un de leur concert, l'année précédente. Francis, Rick, Andy, Rhino et Jeff enchaînent le 22 juin par un tour européen excluant la France, boudée depuis quatre ans. Le 19 juin, Francis épouse Eileen, rencontrée pour la première fois, en 1973, aux Etats-Unis. Le 15 juillet, une nouvelle compilation éditée par Woodword Music est dans les bacs. Elle se nomme 'The Hitmachine'. Juillet et août sont invariablement planifiés en divers festivals à travers toute l'Europe. La Suisse, l'Irlande, les Pays-Bas, l'Allemagne et la Belgique sont, à nouveau, heureux de pouvoir compter, dans leur programme, Status Quo. En Suisse, Status Quo reçoit son treizième disque d'or pour les ventes de 'Rocking through the years'. A cette époque, les ventes de disques, dans ce pays, sont estimées à plus d'un million d'unités vendus depuis 1968. Pendant ce temps, le mixage du futur album est réalisé. Malgré l'abondance de morceaux enregistrés, la maison de disques renonce à publier un double album. Quo a déjà des difficultés à vendre des albums simples alors des doubles ... Les morceaux sont bons et la promotion semble se dessiner sous de bons augures donc pas question de se poser un risque supplémentaire.


Le 23 juillet, lors d'une conférence de presse, le groupe annonce pour septembre son "Rock 'til you drop" tour. Walker cherche, à nouveau, le coup médiatique, celui qui va faire parler du Quo, encore plus que lors du concert au Butlin's, l'an dernier. En effet, le Status Quo des années 90 n'est plus le même que celui des années 70, en terme de ventes de disques. Pendant 'l'âge d'or', un album qui sortait était voué à accrocher, au minimum, le disque d'or ! Il n'en est plus de même, maintenant et le manager en est conscient aussi s'empresse t-il de rechercher quel peut-être l'événement qui peut créer le déclic dans la tête des acheteurs potentiels. Le 10 août, Quo est programmé au festival de Hulstfeld en Suède. Mais le groupe se voit dans l'obligation de renoncer à cause d'une forte migraine de Rossi. Peu après, le 27 août voit la parution du premier single issu du prochain album dont la sortie est imminente. C'est "Can't give you more", une reprise de l'album "Rocking all over the world" paru en 1977. Plus péchue que la version originale, ce titre laisse entrevoir une production plus lourde à l'opposé de celle de Williams. Cependant, le succès est mitigé puisque ce simple n'atteint qu'une modeste 37ième place dans les Charts, le 7 septembre. Seulement 13.000 exemplaires, une misère pour un groupe de la trempe de Status Quo, trouveront preneurs à travers le Royaume-Uni. Il faut dire qu'il est impossible de le trouver dans certains coins de la Grande-Bretagne à cause d'une distribution fortement défaillante. Originalement prévu pour sortir avec une campagne avec Perrier, elle fut finalement annulée à cause de problèmes internes au sein de la société productrice d'eau minérale. En effet, l'année précédente, du benzène fut détecté dans treize bouteilles exportées par l'usine de Verzège vers la Caroline du nord. Le groupe fut obligé de rapatrier des milliers de bouteilles. Cette collaboration avec Status Quo devait servir à redorer le blason la société française qui, englué dans cette affaire, préférera renoncer. Dommage pour le Quo ! Ca aurait pu être une belle opportunité de vendre le single, en France. En Angleterre, le groupe est confronté à un réel problème qui sera récurent dans les années à venir. 'Quand tu sors un nouveau single, il est envoyé à Radio 1 pour qu'ils le diffusent. Nous leur avons donc fait parvenir 'Can't give you more' mais d'après eux, ça sonnait trop comme du Status Quo et ils ont déclaré qu'ils ne le diffuseraient que s'il entrait au top 10. Puis, nous leur avons envoyé 'Fakin the blues' et là, ils ont dit que ça ne ressemblait pas assez à du Status Quo. A n'y rien comprendre, que ce soit trop Quo ou pas assez, ils n'en veulent pas !' explique Francis. Le 20 septembre, le groupe, dans son intégralité, est présent au champ de courses Newbury où doit se dérouler la 'Rock til you drop stakes'. Rick Parfitt et Francis Rossi remettent au jockey, vainqueur de la course, l'ensemble de l'œuvre du groupe en CD ainsi qu'une télécaster dédicacée. C'est donc le 21 septembre que Status Quo effectue son "Rock 'til you drop" tour annoncé précédemment. L'aspect logistique a été étudié dans les moindres recoins. Cette journée nécessite quatre scènes, soixante toms de batterie, deux cents amplis, soixante-deux guitares, cent soixante-cinq cymbales, 15 kms de cable, cinquante caméras, huit hélicoptères, cinq jets, vingt limousines, seize voitures de police, le tout dirigé par deux cent cinquante personnes. Le marathon débute lorsque le groupe arrive à 11 heures à la BBC, joue un medley devant le célèbre batiment sur une scène spécialement érigée. Aussitôt terminé, deux limousines accompagnées par une escorte de police se rendent à l'aéroport militaire de Northolt pour se rendre vers Sheffield. Le groupe donne quatre concerts majeurs en moins de douze heures dans quatre endroits différents qui sont l'International Center de Sheffield, le SE&CC de Glasgow, le N.E.C de Birmingham et enfin l'Aréna de Wembley. Hélicoptères et avions se succèdent à un rythme infernal prenant, quelques fois, quelques risques. Rossi, avec son humour british, avoue que l'un des principaux problèmes du groupe sera d'avoir le temps de pisser ! Les concerts durent une heure et le prix n'est que de 6£. 


Un tour programme est offert à chaque spectateur, programme édité par l'un des sponsors du tour, Britannia. A l'issue du dernier concert, Norris McWhirter, président du Guinness Book of Records monte sur la scène pour officialiser l'entrée du groupe dans son livre. Incroyable performance pour nos cinq musiciens qui finissent littéralement sur les rotules, le dernier concert se faisant à l'énergie, Francis soignant tant bien que mal son extinction de voix. Une cassette vidéo immortalisera l'extraordinaire prestation de Francis, Rick, Andy, Rhino et Jeff. A l'issue de ce véritable marathon musical, le groupe entre dans le livre des records et un peu plus dans la légende en reversant tous les bénéfices de cette opération soit environ deux millions de francs à des associations caritatives s'occupant d'enfants en détresse. L'immense sensation créée en Angleterre par cet événement doit servir de support de lancement pour la sortie de l'album, deux jours plus tard. C'est donc le 23 septembre que sort la nouvelle galette et pour officialiser la sortie, le groupe retrouve ses fans, dans un magasin de disques de Londres, pour une série de dédicaces. C'est un Status Quo adulé et encensé par les fans qui voit, donc, "Rock 'til you drop" atteindre la 10ième place du classement des albums en Grande-Bretagne, le 5 octobre. Le résultat est, certes, bon mais laisse un peu sur sa faim groupe et management en raison de l'immense compagne médiatique qui a accompagné la sortie. Nettement supérieur à "Perfect remedy", leur dernier album datant de 1989, "Rock 'til you drop" reste classé sept semaines. Pas moins de seize titres composent la version CD alors que Status Quo pense, un moment, y inclure une reprise de 'Don't stop' de Fleetwood Mac qui sera finalement enregistrée cinq ans plus tard. Le groupe renoue avec un son se rapprochant de ses prestations live et depuis 'Back to back' en 1983, aucun album n'avait eu droit à ce type de production. Il est néanmoins très étonnant de voir à nouveau le titre 'Tommy' déjà publié sur l'album 'Perfect remedy'. Cependant, le groupe surprend agréablement en enregistrant une version puissante de 'Forty five hundred times'. 'Rock 'til you drop' est un compromis entre ce que voulait David Walker et ce que Rick et moi voulions, c'est à dire un mélange de titres du Quo et de reprises. Résultat, les deux parties étaient satisfaites' admet Rossi.


Cependant, malgré le succès, quelques problèmes entre le groupe et sa maison de disques subsistent, notamment dans le chox des singles. Status Quo veut sortir en simple, le titre 'All we really wanna do' que Phonogram refuse en raison de son tempo trop boogie, trop 'ancien' Quo. Peu de temps après, c'est la chanson 'Fakin' the blues' qui est au centre des discussions. Devant la pression de Francis Rossi, Phonogram décide de la sortir le 28 octobre avant de se raviser prétextant que l'automne n'est pas la meilleure période pour éditer un titre de ce genre. Pourtant, le tempo plus lent pouvait favoriser l'attirance d'un public plus large. Et plus grave, 10.000 exemplaires ont été gravés. Les atermoiements de la maison de disques n'engendrent, évidemment, pas une promotion adéquate. Dans ces conditions, le rêve caché du Quo (qui ressurgit dans cette année 1991 de 'cracker' le marché américain reste du domaine de l'inaccessible. Rick Parfitt explique : 'Séduire les Etats-Unis à nouveau a vraiment été envisagé. Mais nous ne devions pas y aller avec des idées pré-conçues ou des demi-mesures. Tout devait être bien préparé avant de nous y rendre. Ce devait être arrangé par la maison de disques et le management pour être sûr de ne pas nous y casser les dents, à nouveau. Mais ce ne fut pas la bonne époque. Quand ce sera le moment, nous essaierons encore ... si ce n'est pas trop tard !'. Au mois d'octobre, la compagnie Pickwick édite deux nouvelles compilations, 'Best of Status Quo 1968-1971' et 'Best of Status Quo 1972-1986' alors que le label Decal sort une double compilation de la période Pye intitulée 'Back to the beginning'. Le 3 octobre, Status Quo est présent à Top of the Pops et interprète 'Let's work together'. Le 28 octobre, la vidéo du 'Rock 'til you drop' tour est présente dans les bacs. Promotion oblige, le groupe entame, le 31 octobre, une énorme tournée anglaise de 38 dates qui se termine le 21 décembre à Bournemouth. La set-list est augmentée de 'Rock til you drop' et 'One man band', une superbe composition signée Parfitt/Williams. Rien de particulier à noter de cette tournée sinon que l'Aréna et le Nec, pour six concerts, sont à nouveau copieusement garnis. C'est le train-train habituel (sueur, rock'n'roll, dynamisme). Le 16 novembre, l'album 'Rock 'til you drop' entame sa dernière semaine dans les Charts anglais, à la 65ième place.


Les concerts de l'année 1991


1. 25/05. Barcelone, La Farga (Espagne) Première partie : James. bootleg

2. 01/06. Glasgow, Celtic Park (Ecosse) 30.000 avec Rod Stewart. bootleg

3. 02/06. Newcastle, Gateshead Stadium (Angleterre) 30.000 avec Rod Stewart. bootleg

4. 03/06. Newcastle, Gateshead Stadium (Angleterre) 30.000 avec Rod Stewart

5. 07/06. Manchester, Old Trafford (Angleterre) 40.000. avec Rod Stewart et Joe Cocker

6. 08/06. Cardiff, Arms Park (Pays de Galles) 30.000. avec Rod Stewart et Joe Cocker

7. 09/06. Newcastle, Gateshead Stadium (Angleterre) 30.000 avec Rod Stewart. bootleg

8. 12/06. Ipswich, Portman Road Stadium (Angleterre) 20.000 avec Rod Stewart. bootleg

9. 13/06. Ipswich, Portman Road Stadium (Angleterre) 20.000 avec Rod Stewart

10. 15/06. Londres, Wembley Stadium (Angleterre) 60.000 avec Rod Stewart. bootleg

11. 21/06. Herning, Herning Stadium (Danemark)

12. 22/06. Copenhague, Valby Stadium (Danemark) bootleg

13. 23/06. Odense, Stadium (Danemark) bootleg

14. 29/06. Dublin, Royal Dublin Showgrounds (Irlande) avec Rod Stewart. bootleg

15. 06/07. Frauenfeld, Pferderennbahn (Suisse) bootleg

16. 27/07. Killarney, Fitzgerald Stadium (Irlande) avec Rod Stewart

10/08. Hultsfred, Festival (Suède) annulé, migraine de Rossi.

17. 14/08. Dessel, Graspop Festival (Belgique)

18. 15/08. Louvain, Marktrock Festival (Belgique) bootleg

19. 17/08. Gampel, Ravion (Suisse) bootleg

20. 24/08. Stuttgart, Murrhardt Festival (Allemagne) bootleg

21. 25/08. Enschede, Unipark (Pays-Bas) Première partie : Golden Earring et Mother's Finest. bootleg

22. 21/09. Sheffield, Arena (Angleterre) 12.000. Rock 't-il you drop. bootleg

23. 21/09. Glasgow, SE & CC (Angleterre) 9.000 Rock 't-il you drop bootleg

24. 21/09. Birmingham, NEC (Angleterre) 11.000. Rock 't-il you drop

25. 21/09. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 8.000. Rock 't-il you drop

26. 31/10. Limerick, Jet Centre (Irlande) Premier concert du 'Rock 't-il you drop' tour.

27. 01/11. Galway, Leisure Land (Irlande)

      03/11. Belfast, Ulster Hall (Irlande du nord) annulé, indigestion de Rossi

28. 04/11. Belfast, Ulster Hall (Irlande du nord)

29. 05/11. Bangor, Leisure Centre (Irlande du nord)

30. 07/11. Dunshaughlin, Warrenstown College (Irlande)

31. 08/11. Dublin, National Stadium (Irlande)

32. 09/11. Dublin, National Stadium (Irlande)

33. 11/11. Cork, Neptune Stadium (Irlande)

34. 12/11. Kilkenny, Astrodome (Irlande)

35. 14/11. Newtownforbes, Sports Centre (Irlande)

36. 15/11. Cavan, Ballyhaze Centre (Irlande)

37. 16/11. Craigavon, Brownlow Centre (Irlande du nord)

38. 18/11. Antrim, Forum (Irlande du nord)

39. 19/11. Belfast, Ulster Hall (Irlande du nord) report du concert du 03.11.1991

40. 22/11. Hereford, Leisure Centre (Angleterre) Première partie : FM

41. 23/11. Newport, Leisure Centre (Angleterre) Première partie : FM

42. 24/11. Newport, Leisure Centre (Angleterre) Première partie : FM

43. 25/11. Reading, Rivermead (Angleterre) Première partie : FM

44. 26/11. Reading, Rivermead (Angleterre) Première partie : FM

45. 28/11. Peterborough, Mallard Park (Angleterre) Première partie : FM

46. 29/11. South Shields, Temple Park Leisure Centre (Angleterre) Première partie : FM. bootleg

47. 30/11. Glasgow, S.E. & C.C. (Ecosse) 8.000 Première partie : FM bootleg

48. 02/12. Blackpool, Opera House (Angleterre) Première partie : FM. bootleg

49. 03/12. Sheffield, International Arena (Angleterre) Première partie : FM. Retour de 'Caroline' dans la set-list. bootleg

50. 04/12. Swindon, Oasis Centre (Angleterre) Première partie : FM

51. 06/12. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 8.000 Première partie : FM. bootleg

52. 07/12. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 8.000 Première partie : FM. bootleg

53. 08/12. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 8.000 Première partie : FM. bootleg

54. 10/12. Brighton, Conference Centre (Angleterre) Première partie : FM. bootleg

55. 11/12. Torbay, Leisure Centre (Angleterre) Première partie : FM

56. 13/12. Manchester, G-Mex (Angleterre) Première partie : FM. bootleg

57. 14/12. Gloucester, Leisure Centre (Angleterre) Première partie : FM

58. 16/12. Birmingham, NEC Arena (Angleterre) 11.000. Première partie : FM

59. 17/12. Birmingham, NEC Arena (Angleterre) 11.000. Première partie : FM. bootleg

60. 18/12. Birmingham, NEC Arena (Angleterre) 11.000. Première partie : FM

61. 20/12. Bournemouth, B.I.C. (Angleterre) Première partie : FM

62. 21/12. Bournemouth, B.I.C. (Angleterre) Première partie : FM




Morceaux joués en 1991 : Down down, Roll over lay down, Little lady, Mystery song medley, Hold you back, Dirty water, Whatever you want, In the army now, Rockin all over the world, Don´t waste my time, Roadhouse blues medley, Burning bridges, Anniversary waltz, Don't drive my car, Like a zombie, One man band, Fakin the blues, No problem, Rock 't-il you drop, Caroline, Bye bye Johnny


Les passages télés


          1991. Sounds of the Sixties (France) 'Pictures of matchstic men'

          1991. The late late show (Angleterre) 'Let's work together' et 'Fackin the blues'

16.02.1991. Aspel & Company (Angleterre) Interview et 'Rocking all over the world'

18.04.1991. Bedrock (Angleterre)

18.08.1991. Wogan show (Angleterre) 'Can't give you more'

30.08.1991. Calender (Angleterre) Annonce du 'Rock till you drop' tour

21.09.1991. Going live (Angleterre) 'Let's work together' et 'medley'

03.10.1991. Top of the Pops (Angleterre) 'Let's work together'

06.10.1991. BBC (Angleterre) reportage sur le 'Rock 'till you drop' tour

      10.1991. ? (Angleterre) 'Fakin the blues'

02.11.1991. Sound of the 60s (Angleterre) 'Pictures of matchstick men'

23.11.1991. Peter Popshow (Allemagne) 'Medley' et 'Rock 'til you drop'